Le logo du Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Administration de la gestion de l'eau / Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Actualités > Oktobre 2014 > Informations et explications concernant les herbicides dans les eaux souterraines et l’eau potable

Informations et explications concernant les herbicides dans les eaux souterraines et l’eau potable

Vers le niveau supérieur

captage1


Législation et valeur-limite

La législation luxembourgeoise limite la concentration de résidus de produits phytopharmaceutiques à 100 ng / l pour chaque substance dans les eaux souterraines. La même limite s'applique à l'eau potable elle-même. Cette valeur, que l'UE a fixée dans sa législation, n'est pas fondée sur des considérations toxicologiques. La valeur correspond plutôt à l’ancienne limite analytique à partir de laquelle ces substances pouvaient être clairement démontrées. Avec cette limite, et par principe de précaution, il devrait être assuré que ces substances indésirables soient absentes dans l’eau potable.

Dérogation pour un dépassement des valeurs-limites et aspects sanitaires

Le règlement grand-ducal relatif à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine prévoit que les ministres compétents pour l’eau potable (Madame Ministre de l'Environnement et Madame Ministre de la Santé) peuvent accorder une dérogation limitée dans le temps pour la validité de la limite stricte de l'UE pour les pesticides (dans ce cas Métazachlore-ESA). Cette décision est prise à la demande des syndicats et des communes concernés (actuellement SES et SER). La procédure n'est applicable que si le fournisseur n'a pas d’autre alternative raisonnable pour approvisionner la population en eau potable. Cette mesure est prévue dans la directive sur l'eau potable de l'UE, ainsi que dans le règlement grand-ducal précité. Elle est limitée à trois ans et doit être communiquée à la Commission européenne avec un plan d’action. Dans ce plan d'action, les mesures techniques pour atteindre de nouveau la valeur-limite sont définies. Ces dérogations ont été accordées en date du 9 octobre 2014. Pour cette période de transition, le ministère de la Santé a fixé, sur la base des études toxicologiques qui lui sont disponibles, une valeur-limite temporaire de 3000 ng / l pour le Métazachlore-ESA.
A des concentrations inférieures à 3000 ng / l, le Métazachlore-ESA ne représente aucun danger pour la santé humaine. Même en consommant 3 litres d’eau par jour et pendant toute une vie, des groupes de population particulièrement sensibles, comme les nourrissons, les personnes âgées ou les personnes souffrant de maladie d’immunodéficience, ne courent aucun risque de santé. En général, il n'y a pas de problème de santé pour les mammifères.
En outre, un programme de surveillance spécifique pour herbicides était immédiatement mis en place afin d’obtenir une vue d’ensemble sur la qualité des sources et forages indispensables pour l’approvisionnement en eau potable du Grand-Duché.

L’eau potable, qui fait l’objet d'une dérogation peut être consommée sans soucis !

Installations de filtration internes

Les installations de filtration internes ne peuvent pas retenir le Métazachlore-ESA. Les filtres à charbon actif le retiennent seulement légèrement.



Haut de page

Copyright © Administration de la gestion de l'eau   Aspects légaux | Contact